Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Club International - IFM Alumni USA - IFM PORTRAIT Franck Salzwedel

Portraits

-

27/05/2020


Le Club IFM Alumni USA partage avec nous cette semaine un portrait outre-Atlantique de l'un de ses membres, Franck Salzwedel, diplômé de l'e-MBA 1990 et devenu à New-York parfumeur et créateur.

Ces portraits ont vocation dans leur grande diversité à stimuler nos ambitions professionnelles. Ils mettent en avant les projets sur lesquels les alumni interviewés souhaitent interagir avec la communauté et la manière dont ils veulent contribuer à l'IFM Alumni.

Mieux nous connaître facilite également les opportunités d'affaire entre alumni qui partagent des sensibilités communes de la mode et de la création. Et ces rencontres nous poussent à mettre en relation nos compétences complémentaires pour porter de nouveaux projets.

Chère communauté de l'IFM,

Nous sommes heureux de partager avec vous notre dernier portrait. Franck Salzwedel est un créateur de parfum français. Il a occupé différents postes chez L'Oréal Luxe pendant 15 ans, travaillant avec de prestigieuses marques de créateurs de mode comme Giorgio Armani et Viktor & Rolf, développant certains de leurs parfums signatures les plus acclamés - Acqua di Gio, Mania, Flowerbomb, Spicebomb.

Né en France de parents allemands, il a passé ses premières années en Asie, ce qui lui a donné le goût des couleurs vives et lumineuses, des parfums et des saveurs exotiques. En 2007, il s'est installé à New York.

Franck est également un artiste qui aime explorer le champ de la couleur en peinture. En étudiant la chromie - mesure de la saturation des couleurs - il a rapidement réalisé qu'il existe un langage parallèle entre couleur et parfum. Le lien entre les deux est devenu si évident pour lui qu'il a créé une ligne de parfums haut de gamme pour célébrer l'éclat de la couleur et le pouvoir transcendant du parfum. Fin 2015, il a présenté sa collection de parfums intitulée Élisire chez Bergdorf Goodman à New York. Quelques mois plus tard, Élisire a été lancé chez Colette à Paris et au Standard Hotel Spa à Miami.

Au delà du développement d'Élisire, Franck exerce également une activité de consultant en création de parfums pour des marques de luxe, ce qui lui permet de faire bénéficier de son expertise et son talent créatif.

Franck, après avoir été diplômé d'une école de commerce, vous avez fortement ressenti le besoin de renouer avec votre créativité et vous avez décidé de postuler au programme de management de l'IFM. Quels sont les éléments majeurs qui ont motivé vos choix de carrière ?

L'élément majeur qui a inspiré ma carrière a été mon attirance pour l'artistique et le créatif,  de la mode à la beauté. Mon enfance en Indonésie a influencé mon goût pur un certain exotisme, un sens de la fantaisie et une ouverture à l' international.

Mais avant de trouver ma voie et de me sentir à l'aise avec mes choix, j'ai exploré différentes voies : J'ai commencé par une école de commerce qui me semblait être l'option la plus généraliste et la plus internationale . J'aimais l'idée d'avoir la tête dans les livres pour apprendre le plus possible et obtenir un diplôme qui me permettrait de décrocher un emploi intéressant. Cela dit, une fois intégré le cursus de cette école, je n'ai jamais senti le déclic que j'attendais.

Après mon diplômé, j'ai ressenti le besoin de poursuivre mes études. A ce moment là, j'ai été mis en contact avec une personne extraordinaire qui m'a aidé à formuler mes aspirations. Je lui ai parlé de mes rêves, de mon atrait pour la mode, de mon amour pour le textile et les couleurs, de mon désir de m'épanouir dans ce domaine... Après notre conversation téléphonique, Véronique Delignette m'a immédiatement convaincu que je devais rejoindre le programme de management de l'IFM. Je pourrais ainsi compléter mes études de commerce et enrichir mon profil avec davantage de spécificités.  

J'ai présenté ma candidature la même année et j'ai commencé l'IFM juste après l'été. Je me souviendrais toujours de mes premières impressions, assis dans l'amphithéâtre de la rue Jean Goujon, entouré de profils passionnants et originaux, et écoutant Pierre Bergé qui nous disait en guise de message de bienvenue : "Mon seul conseil est de toujours suivre vos rêves, quoi qu'il arrive". Merci, je ne l'oublie jamais !  

Parmi les enseignements de l'IFM, lesquels vous ont le plus marqué ?

L'IFM m'a ouvert de nombreux nouveaux horizons. Il m'a donné la possibilité de laisser s'exprimer ma soif de création, de beauté, d'art et d'artisanat mais aussi de développer mon aspiration à l'indépendance et à l'esprit d'entreprise. Il m'a donné le privilège de devenir moi-même, de m'épanouir en totale connexion avec mes rêves, de briser les règles et de penser hors des sentiers battus.

La rencontre de tant de profils d'étudiants intéressants, avec des opinions, des cultures et des approches différentes des choses, a été très inspirante. J'ai également eu la chance de rencontrer de fortes personnalités de différents secteurs, le design, le textile, l'identité de marque et le développement de produits, le merchandising, la fabrication, la gestion, les ressources humaines... et enfin l'art sous tous ses aspects - histoire, culture et cours de dessin... Un rêve total devenu réalité !

Je voudrais également souligner la dimension humaine exceptionnelle de l'IFM. Les étudiants se sentaient membres d'une famille, d'une communauté partageant le même rêve. Chaque professeur ou intervenant apportait sa contribution à un projet commun : notre réussite personnelle et professionnelle. Certains d'entre eux sont même devenus des amis.   

L'IFM m'a aidé à trouver le bon chemin professionnel et m'a ouvert des portes. Ma carrière a commencé chez L'Oréal et quand je suis arrivé, le responsable des ressources humaines m'a dit qu'il n'aurait pas pris en compte mon CV sans l'IFM. 

J'ai passé 15 ans chez L'Oréal et pendant tout ce temps, mes relations avec l'IFM sont restées actives et vivantes et j'en suis très reconnaissant. 

Lorsque vous avez décidé de vous installer à New York, il semble que vous soyez allé encore plus loin dans la recherche de métiers plus créatifs, pourriez-vous nous en dire plus sur cette transition ?

Je voulais poursuivre une de mes passions grandissantes la peinture, en particulier les Color fields et les Monochromes. J'ai commencé à exposer mon travail et j'ai eu la chance de rencontrer un galeriste à New York qui m'a invité à présenter une exposition. J'ai eu l'occasion de rester plus longtemps et de rencontrer de nombreuses personnes qui m'ont sollicité pour du conseil. New York est devenue la plateforme parfaite pour mon travail de consultant en parfumerie, beauté et mode. Le conseil m'a permis de peindre à côté et de travailler sur  de nouvelles expositions.

En 2014,  j'ai senti qu'il était temps pour moi d'aller plus loin dans l'acte de création et j'ai créé ma propre collection de parfums appelée ÉLISIRE, inspirée par mon amour des couleurs et des parfums. L'aventure a commencé officiellement chez Bergdorf Goodman fin 2015, et chez Colette à Paris en 2017.  

Dans les temps difficiles que nous vivons, quelles ont été les incidences sur votre vie personnelle et vos activités professionnelles ?  Qu'avez-vous changé pour vous adapter à cette nouvelle situation ?

Quand la crise a commencé, tout est allé vite, j'ai dû faire le choix entre être confiné tout seul à New York City ou avec ma famille en France... Ils étaient déjà confinés dans la campagne provençale, le choix était évidemment facile !  

Passé l'émotion de mon déménagement express, comme nous tous, je n'ai pas eu d'autre choix que de m'adapter et d'accepter le rythme plus lent de la campagne, renforcé par les mesures strictes de confinement. Contemplation, méditation et distanciation sociale remplissent mon alors quotidien. Ce qui est sans doute "pour le mieux".

Grâce aux médias sociaux, je me suis rapproché de mes amis et j'ai également eu l'occasion de faire de nouvelles connaissances. La solidarité s'est faite plus grande. Ensemble, nous avons redéfini des règles et des façons de procéder. J'ai découvert les possibilités du livestreaming , des chats en direct, avec les parfumeurs qui m'ont aidé à créer Élisire, et avec mon agent à New York. J'ai  aussi pu expérimenter des sessions de shopping en livestream, en particulier avec ShopShop, une place de marché numérique qui met en relation directe les détaillants, les marques et les acheteurs transfrontaliers.

Cette crise m'a fait prendre conscience que l'avenir, c'est maintenant, et c'est un avenir numérique. Le shopping devient de plus en plus virtuel, l'achat instantané est une nouvelle règle du jeu : où que vous soyez, quoi que vous fassiez, quand vous le voulez. 

Pour le parfum, j'ai constamment besoin de créer des émotions positives. Cette approche virtuelle est encore assez nouvelle pour moi et j'essaie de m'ajuster au mieux car mes références sont encore liées à celles du monde d'avant. 

Selon vous, quel sera l'impact à long terme de cette crise sur le secteur du luxe ?

La distribution physique a été sévèrement touchée, comme nous pouvons l'entendre tous les jours aux informations, et je crains que ce ne soit que le début. Les consommateurs sont devenus plus exigeants et plus critiques à l'égard de la durabilité et de l'impact sur notre planète.  

Nous devons donc explorer de nouvelles voies, réinventer la vente au détail en développant des approches B to C, lorsque cela est possible, créer des "studios" pour concevoir de nouveau contenus  .. Trouver de nouvelles façons créer des émotions et des interactions positives. Reconsidérer le nombre de références, penser moins et mieux, probablement plus essentiel, éthique, durable et authentique. En ce sens, nous devons repenser les valeurs de nos marques.

Travailler à la maison, porter un masque en sortant, garder une distance sociale avec les autres, tous ces paramètres vont certainement changer nos besoins.

Cette crise m'a également incité à revenir aux sources. Penser plus localement, explorer le quartier et ses nombreuses possibilités, découvrir les fabricants locaux, les fournisseurs et fabricants potentiels, les agriculteurs et les distillateurs.

Voyons où cela nous mènera... C'est certainement un moment difficile pour la planète d'un point de vue sanitaire et économique, mais il peut aussi être vécu comme un moment passionnant pour inventer un monde et un avenir meilleurs pour nos successeurs.   

Il va sans dire qu'après cette période, je suis plus qu'enthousiaste à l'idée de renouer avec la communauté de l'IFM et de voir comment nous pouvons collaborer à la conception de nouvelles perspectives pour la beauté et les parfums qui répondront aux besoins des gens 

Quel est votre secret pour rester optimiste ?

Ecouter de la musique, respirer du parfum et des huiles essentielles, explorer, peindre et observer le changement incessant de la nature au fil des saisons, apprécier de pouvoir manger sainement mais aussi de pouvoir déguster des bons vins  ! ...sans oublier les activités physiques comme le vélo qui est sans doute l'un des meilleurs moyens de découvrir le monde extérieur !

Vous pouvez suivre Franck sur Instagram : elisire_parfums

Marie Laurence de Chaunac et l'équipe du Pôle IFM ALUMNI USA

219 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Interview - Alumni & Entrepreneure - Olivia Louvet

photo de profil d'un membre

Olivia CHAMMAS

07 juillet

Portraits

IFM Alumni USA - Portrait Gallery - Tara Chouchana

CT

Caroline TIBBETTS

21 juin

Portraits

Sustainability & Fashion - Interview - Emma Leonet

photo de profil d'un membre

Olivia CHAMMAS

01 juin